MARAIS DE CHIZÉ

RÉHABILITATION DU MARAIS DE CHIZÉ

Les marais et zones humides ont beaucoup régressé en France et dans le monde au cours des 50 dernières années et tout particulièrement en Europe. En France, ce sont 60% de ces zones qui ont été détruites ou fortement dégradées. Pourtant, zones humides et marais sont très important pour la préservation de nos ressources en eau : d’une part, ils ont une fonction d’approvisionnement des nappes phréatiques, d’autre part, ils ont une fonction d’épuration de l’eau (par exemple vis à vis des nitrates ou de certains pesticides). Ils sont de plus une réserve riche de faune et de flore.

C’est pourquoi,, en application des dispositions élaborées au cours de la toute première conférence RAMSAR un plan d’action en faveur des zones humides a été activé en France. Cependant, les marais continuent à régresser dans notre pays malgré les discours et la prise de conscience de leur valeur écologique.

L’APIEEE et la municipalité de Chizé, ont décidé de restaurer les fonctionnalités tant physiques que biologiques du marais de Chizé et d’en faire une véritable école de la rivière et du marais.

Parcelle du marais accessible depuis le centre du bourg

La municipalité a décidé d’acquérir une parcelle centrale du marais, accessible depuis le centre du bourg. Dans le passé, le comblement partiel de la zone concernée a été malheureusement opéré. Malgré ces atteintes et sa surface modeste (env. 2.5 ha), ce site du marais reste intéressant par son réseau de canaux le reliant à la Boutonne, par sa roselière attenante et par la biodiversité qu’il abrite encore.

Daniel Barré à l’origine du projet, faisant visiter le marais

L’objectif principal dans ce projet est la réhabilitation pour le site de ses fonctions naturelles (zone de rétention des eaux, zone tampon, refuge de la biodiversité) et d’y adjoindre un volet social comprenant des activités pédagogiques, la poursuite d’une activité légère de jardinage ” biologique ” par les résidents du foyer de vie à l’interface village-marais, un aspect récréatif). Il est aussi envisagé de permettre à nouveau de restaurer les canaux ce qui permettrait aux habitants autour du site de pouvoir naviguer en barque autour du marais comme dans le passé.

Accès tout public et un cheminement pédagogique

Il est prévu de concilier le volet biologique et le volet social en gardant un accès tout public et un cheminement pédagogique sur une partie restreinte du site, la plus grande partie devenant une zone refuge pour la biodiversité du milieu, d’accès interdit.

INVENTAIRE BIOLOGIQUE

En 2013 a été réalisé un inventaire biologique permettant d’identifier la faune et la flore présente sur le site. En savoir plus…

PROJET INITIAL

Le projet prévoit de créer :
Une connexion entre le centre bourg et la rue des ouches avec une passerelle.
Un cheminement pédagogique sinueux passant entre les différents milieux du site.
Deux mares.
Une zone inondable.

Les ronciers de la partie ” naturelle ” seront préservés. La frênaie en périphérie sera préservée. Le reste de la végétation sera coupé pour maintenir le marais (limiter l’effet ” pompage ” et comblement du marais ), agrandir l’espace et favoriser la repousse d’autres espèces aquatiques.

Marais de Chié à l’état initial

La réhabilitation n’a pas pour but de redonner au site son aspect passé, mais de lui rendre un aspect fonctionnel et favoriser le retour d’espèces de zones humides qui ont disparu avec le remblaiement des lieux.

ÉTAT D’AVANCEMENT DES TRAVAUX

A la date du 12 décembre 2016, la plupart des financements sont acquis de la part des partenaires suivants :
Fondation LISEA pour la biodiversité, Agence de l’eau Adour Garonne, Région Poitou-Charentes, Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer

De même, les différents acteurs sociaux ont été approchés : riverains, foyer de vie, Syndicat Mixte du Bassin de la Boutonne, associations de pêche …

Plusieurs chantiers participatifs ont déjà eu lieu pour la coupe ciblée de la végétation avant gros travaux de déblaiement. Ils ont mobilisé entre 15 et 50 personnes à chaque fois.

Un comité de suivi a été mis en place, une étude écologique et un tableau des diverses actions pédagogiques ont été réalisés. La fête des zones humides de février 2014 a permis de rendre concret ce projet aux yeux de la population Chizéenne.

Une deuxième fête a été organisée en mai 2016

Tressage fou Compagnie lors de la fête 2014

Enfin, pour ce qui est des travaux, le sentier pédagogique a vu le jour en juin 2015 et deux mares ont été crées. Le déblaiement de la zone inondable a été entamé et les travaux de terrassement devraient être finis à l’automne 2017

Suite, inauguration du Marais de Chizé…

PARTENAIRES